Jeudi 25 décembre 2014 à 23:49

Peut-être suis-je condamnée, jusqu'à contraire prouvé, à des esquisses d'intimités, des débuts de désir, des introductions à la joie, des éphémères de côte-à-côte, des naissances d'envies, des lueurs de plaisir, dans un lit de solitude et d'attentes. Peut-être suis-je condamnée à n'être aimée que de Berlin, les humains relégués à des accessoires clignotants, illuminant le teint de la ville.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:41

Parce que je n'avais pas le cœur à attendre le bus mille ans dans la nuit, je suis vite monté dans l'autre, celui qui me dépose chez moi aussi, mais qui fait d'abord le tour de toutes les petites rues de l'est. Avec son itinéraire résolument biscornu, il se promène le ventre vide. C'est calme. On est quelques voyageurs, assis, on sait qu'on est là pour longtemps. On s'enfonce dans les sièges. Les rues sont plus noires les unes que les autres, on se croirait sur la route principale d'un village dont les lampadaires n'auraient pas été allumés. Si mon corps répondait encore à quelques de mes volontés, je descendrai au hasard, à l'ouverture des portes, déambuler au silence, me jeter le corps au canal. Je me sens d'humeur à flotter dans le canal.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:19

Comme Berlin est calme et lugubre, dans son habit de dimanche-nuages. Même les voix des enfants au loin semblent venir d'un mauvais film, le genre de film devant lequel on s'endort. Tout tombe à plat ventre. Mes pas jusqu'au métro : à plat. Pas de rebond, à plat. Pas de rebond. Putain de vie en mode zombie. Le vent dans mes oreilles, à plat. Le froid sur mes collants, à plat. La lumière à travers mes rétines, putain de plat. Chute à l'horizontale. Vivement que je mette les voiles.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:15

Dimanche 21 décembre 2014 à 0:26

Je suis pleine de haine et prête à fracasser des crânes contre des cendriers saturés.

Mercredi 17 décembre 2014 à 22:44

Tu me dis
Tu me plais tellement, mais j'ai une amoureuse, alors je, je restais loin
Tu me prends par la taille, tu me cherches partout
Tu m'embrasses, tu dors contre moi
Tu me dis rien, tu disparais
Tu me croises, tu es surexcité, insupportable
Tu me dis
T'es la plus belle, ça va vraiment mieux avec mon amoureuse, on est bien
Tu me dis
J'peux être ton flirt, non, je n'aurais pas fait l'amour avec toi, non, jamais


Je ne te dis rien parce que je me dis que c'est à toi de me dire
Je ne te dis pas que j'ai envie d'apprendre à te connaitre
De m'asseoir comme au balcon, à côté de toi, de discuter
Je ne te dis pas que j'ai bien compris, que je ne veux pas flirter


Tu me vois arriver, tes yeux s'ouvrent en grand
Tu me dis 
Qu'est-ce que tu me dis ?
Tu t'approches
Je te mords la lèvre
 

Le soir,
Je me dis
Un vrai baiser ou pas de baiser
Putain


Toi, tu dis rien

Vendredi 14 novembre 2014 à 22:19

Dans certaines situations, je suis bien emmerdée avec ce blog, où je ne peux plus écrire ce que je veux comme je veux, puisque je l'ai assumé, puisqu'il existe officiellement et qu'il est lu par des humains qui me connaissent, que je connais. Dans certaines situations où j'aurais particulièrement besoin de me jeter dans le vide de cette page blanche sans parachute, je regrette de devoir me retenir, de rester à piétiner derrière la porte,

c'est rageant,
je voudrais me vautrer dans les mots
poser une bombe de lettres dans mon silence
y décapiter ma tête pleine de vers
éclabousser le reste du monde
vos existences donc

mais par respect désormais, 
je ne peux pas

c'est frustrant
très

Lundi 10 novembre 2014 à 20:37

Ça y est, c'est la dépression de saison, c'est ça ? Ça y est ? Pleurer en regardant l'eau pour les pâtes qui commence à frémir, mettre les chansons tristes bien fort, boire du vin rouge dans une tasse et tous vous haïr. Ne cherche pas, je vous hais tous, tu fais forcément partie de la liste des humains dont l'idée ne peut me réconforter. Aucun de vos contours ne saurait m'adoucir.

Hier, debout l'un en face de l'autre avec mon vélo à côté, dans le couloir de l'immeuble, j'ai pleuré comme ça, en disant des phrases, en regardant le sol, je ne pouvais pas le regarder lui, ce qu'il alignait m'était si creux, si vide, je ne pouvais pas le regarder, alors je fixais des points lointains et peu importaient les larmes, j'ai dit quelques mots sans y croire, mais assez soulagée qu'il m'ait suivie jusqu'en bas, tout de même, il reste un peu de notre instinct à tous les deux, il reste un peu de ça 

tout le reste n'est que poussière
pas d'ami pas d'amant pas d'amour
comme je vous hais
quand j'ai mal

Lundi 10 novembre 2014 à 20:36

http://clignotants.cowblog.fr/images/2014/DSC5233Bxnefpetit.jpg

Samedi 8 novembre 2014 à 0:47

Je pense à toi parce que je ne pensais pas que des baisers dans le cou, que ta langue à ma commissure de lèvres, puissent me vriller le corps comme ça. Donc, je pense à toi. Oui. Mais, je ferme ma gueule, je la ferme parce que depuis l'autre, j'ai fais le pacte à moi-même, de ne plus m'intéresser à vos âges, mais surtout, de ne plus vous effrayer. Connais-tu la frustration de voir les yeux d'un homme se voiler, mentir, disparaître ? Sans un mot véritable, sans un adieu tangible. Seule reste l'idée persistante : bordel-je-lui-ai-fais-peur. Alors je ne dis plus rien. Je ne t'inviterai pas ici avant d'en trépigner de chouine insupportable. Je ne t'inviterai pas toutes les fois où je pense à toi sans que mon pronostic vital soit engagé. Oh, tu sais, ce n'est pas comme ça que je pense, à l'habitude. Je suis de l'école de la spontanéité. Je suis pour que l'on se dise ce que l'on veut, ce que l'on pense, quand on le veut, quand on le pense. Mais tout le monde est tellement de biais, les vois-tu ? L'autre qui a disparu du jour au lendemain m'a vraiment irritée. Il a rasé les murs de façon tellement minable, et moi, idiote, j'avais tellement envie d'avaler l'odeur de sa peau. Le fantôme de cette envie là me parcourt toujours l’œsophage en fredonnant des airs amers. Connasse de fantôme. Pardon, je ne voulais pas être vulgaire, je voulais juste écrire ta présence à mon corps, mais je ne sais pas faire, ça, non, et puis ça me pète les cacahuètes de ne pas te le dire à toi mais de le cracher ici, comme ça m'use de m'empêcher de lui envoyer un sms, ça m'uuuuuuuuuuuuse, ohlala.

Pardon, voilà, malin, ça, j'ai envie de crier, maintenant,
pas envie de dormir, envie de crier, voilà, ça, pardon, maintenant, topi-top.

Fais pas le con, s'il te plait, et reviens un peu. Oh, juste un peu, t'inquiète, un peu.
Je me contrôle à mort, j'apprends chaque seconde à me contrôler, s'il te plait, reviens.

Je ne dis rien, écoute, je n'ai rien dit du tout, tu peux marcher dans mon silence, dormir dans mon silence, prendre l’ascenseur dans mon silence, je ne dis rien. Enjoy l’ascenseur, c'est cadeau j'te dis.


<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast