Vendredi 26 décembre 2014 à 17:04

J'ai le ventre noué, je me sens fatiguée et j'ai désormais un tourniquet de panique au niveau de l'aorte. C'est en partie l'idée de te voir qui ne me tranquillise pas plus que ça. Les prochains jours vont être un peu compliqués, je me sens déjà des envies de pleurer. Il faudrait presque que je me morde la main pour me réveiller. J'ai dis à une amie que je passais manger des gâteaux et je suis tétanisée ici, à ne pas vouloir aller jouer le jeu de la civilisation. Il faut que je prépare mon sac, que je dorme la nuit, que je range l'appartement. Mais surtout, que j'aille danser. Je n'aime pas du tout composer avec mon œsophage quand il se transforme en passoire, je regrette profondément que Stephan soit déjà parti aux aventures, un trajet de bus avec lui m'aurait ressourcée. J'ai envie de l'épaule de Stephan sur un banc de la gare centrale, de ses bras dans la nuit à l'odeur d'une pizza.

Plus tard, cela faisait dix minutes déjà que je rentrais et sortais de l'immeuble sans savoir si je voulais prendre mon vélo dégonflé ou le bus sans porte-monnaie. Finalement tétanisée de froid sur mon vélo, je me suis hyper ventilée à l'oxygène, concentrée comme une furie sur un rythme de respirations régulières, pour ne laisser aucune chance au nœud de larmes de m'étouffer, à la crise de panique de me déborder. Je n'aime pas les départs quand je suis dans cet état là. Merde, quoi.

Vendredi 26 décembre 2014 à 7:20

Tu me tiens éveillée, c'est insupportable. L'idée de toi qui me toque dans la tête. J'ai envie d'aller là où tu es, sans savoir du tout quoi trouver; tu remets mon corps dans des pensées d'enfant, j'ai le sommeil qui dérape, mon petit vélo de bon sens a déraillé et j'ai glissé jusqu'à la frontière. Je joue à la marelle de l'imaginaire à défaut de pouvoir jouer cartes sur table. Je me crie dessus, je me lance des impératifs de dormir, rien n'y fait. Je suis navrée de ne pas avoir fait attention, de ne pas être restée banquise, et d'avoir trouvé quelques amusements à cette ritournelle de virtuel. Tu sautilles sur l'horizon de mon impuissance : mise au pied du mur de mes déconcentrations, j'ai un peu la chouine. Je voudrais reprendre la maîtrise des choses, enfiler d'un bond mes habits de grande, mais je traîne en petite culotte et plus les secondes passent, plus je diminue. Moi qui n'était pas si haute, j'ai l'impression d'avoir 8 ans.

Jeudi 25 décembre 2014 à 23:49

Peut-être suis-je condamnée, jusqu'à contraire prouvé, à des esquisses d'intimités, des débuts de désir, des introductions à la joie, des éphémères de côte-à-côte, des naissances d'envies, des lueurs de plaisir, dans un lit de solitude et d'attentes. Peut-être suis-je condamnée à n'être aimée que de Berlin, les humains relégués à des accessoires clignotants, illuminant le teint de la ville.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:41

Parce que je n'avais pas le cœur à attendre le bus mille ans dans la nuit, je suis vite monté dans l'autre, celui qui me dépose chez moi aussi, mais qui fait d'abord le tour de toutes les petites rues de l'est. Avec son itinéraire résolument biscornu, il se promène le ventre vide. C'est calme. On est quelques voyageurs, assis, on sait qu'on est là pour longtemps. On s'enfonce dans les sièges. Les rues sont plus noires les unes que les autres, on se croirait sur la route principale d'un village dont les lampadaires n'auraient pas été allumés. Si mon corps répondait encore à quelques de mes volontés, je descendrai au hasard, à l'ouverture des portes, déambuler au silence, me jeter le corps au canal. Je me sens d'humeur à flotter dans le canal.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:19

Comme Berlin est calme et lugubre, dans son habit de dimanche-nuages. Même les voix des enfants au loin semblent venir d'un mauvais film, le genre de film devant lequel on s'endort. Tout tombe à plat ventre. Mes pas jusqu'au métro : à plat. Pas de rebond, à plat. Pas de rebond. Putain de vie en mode zombie. Le vent dans mes oreilles, à plat. Le froid sur mes collants, à plat. La lumière à travers mes rétines, putain de plat. Chute à l'horizontale. Vivement que je mette les voiles.

Lundi 22 décembre 2014 à 22:15

Dimanche 21 décembre 2014 à 0:26

Je suis pleine de haine et prête à fracasser des crânes contre des cendriers saturés.

Mercredi 17 décembre 2014 à 22:44

Tu me dis
Tu me plais tellement, mais j'ai une amoureuse, alors je, je restais loin
Tu me prends par la taille, tu me cherches partout
Tu m'embrasses, tu dors contre moi
Tu me dis rien, tu disparais
Tu me croises, tu es surexcité, insupportable
Tu me dis
T'es la plus belle, ça va vraiment mieux avec mon amoureuse, on est bien
Tu me dis
J'peux être ton flirt, non, je n'aurais pas fait l'amour avec toi, non, jamais


Je ne te dis rien parce que je me dis que c'est à toi de me dire
Je ne te dis pas que j'ai envie d'apprendre à te connaitre
De m'asseoir comme au balcon, à côté de toi, de discuter
Je ne te dis pas que j'ai bien compris, que je ne veux pas flirter


Tu me vois arriver, tes yeux s'ouvrent en grand
Tu me dis 
Qu'est-ce que tu me dis ?
Tu t'approches
Je te mords la lèvre
 

Le soir,
Je me dis
Un vrai baiser ou pas de baiser
Putain


Toi, tu dis rien

Vendredi 14 novembre 2014 à 22:19

Dans certaines situations, je suis bien emmerdée avec ce blog, où je ne peux plus écrire ce que je veux comme je veux, puisque je l'ai assumé, puisqu'il existe officiellement et qu'il est lu par des humains qui me connaissent, que je connais. Dans certaines situations où j'aurais particulièrement besoin de me jeter dans le vide de cette page blanche sans parachute, je regrette de devoir me retenir, de rester à piétiner derrière la porte,

c'est rageant,
je voudrais me vautrer dans les mots
poser une bombe de lettres dans mon silence
y décapiter ma tête pleine de vers
éclabousser le reste du monde
vos existences donc

mais par respect désormais, 
je ne peux pas

c'est frustrant
très

Lundi 10 novembre 2014 à 20:37

Ça y est, c'est la dépression de saison, c'est ça ? Ça y est ? Pleurer en regardant l'eau pour les pâtes qui commence à frémir, mettre les chansons tristes bien fort, boire du vin rouge dans une tasse et tous vous haïr. Ne cherche pas, je vous hais tous, tu fais forcément partie de la liste des humains dont l'idée ne peut me réconforter. Aucun de vos contours ne saurait m'adoucir.

Hier, debout l'un en face de l'autre avec mon vélo à côté, dans le couloir de l'immeuble, j'ai pleuré comme ça, en disant des phrases, en regardant le sol, je ne pouvais pas le regarder lui, ce qu'il alignait m'était si creux, si vide, je ne pouvais pas le regarder, alors je fixais des points lointains et peu importaient les larmes, j'ai dit quelques mots sans y croire, mais assez soulagée qu'il m'ait suivie jusqu'en bas, tout de même, il reste un peu de notre instinct à tous les deux, il reste un peu de ça 

tout le reste n'est que poussière
pas d'ami pas d'amant pas d'amour
comme je vous hais
quand j'ai mal

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast