Jeudi 25 décembre 2014 à 23:49

Peut-être suis-je condamnée, jusqu'à contraire prouvé, à des esquisses d'intimités, des débuts de désir, des introductions à la joie, des éphémères de côte-à-côte, des naissances d'envies, des lueurs de plaisir, dans un lit de solitude et d'attentes. Peut-être suis-je condamnée à n'être aimée que de Berlin, les humains relégués à des accessoires clignotants, illuminant le teint de la ville.
Par LhommeKiVoulut le Vendredi 26 décembre 2014 à 10:47
Peut-être êtes-vous condamnée à être lue aussi, depuis bien des années maintenant, par un homme de l'âge de votre père. Ce lecteur attentif et discret qui suit vos créations, vos passages plus difficiles aussi, a assisté à l'apparition sur vos pages de ces jolies taches de rousseur de plus en plus dévoilées. Il connait bien votre regard femme-enfant sur la ville, l'eau, l'autre, l'autre vous-même. Vous êtes, en bien plus poétique, un peu de sa jeunesse à la fois si lointaine et si présente.
Pour tout cela il vous en remercie et vous adresse un affectueux message.
Par Pearl Necklace Designs le Mercredi 19 décembre 2018 à 10:29
Interesting topic for a blog. I have been searching the Internet for fun and came upon your website. Fabulous post. Thanks a ton for sharing your knowledge! It is great to see that some people still put in an effort into managing their websites. I'll be sure to check back again real soon.
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3270892

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast