Jeudi 24 juillet 2014 à 18:01

http://clignotants.cowblog.fr/images/2014/DSC3835x.jpg

Jeudi 24 juillet 2014 à 10:48

Je ne sais pas si ce vent me fait du bien; mais il fait quelque chose, il s'engouffre sous les habits, par les jambes, il s'échappe par le cou, le foulard flotte, sauvage; on a des cheveux pleins les yeux. Tempête, ces bourrasques sont si rares à Berlin, elles frictionnent la vie, la rappellent à la surface, comme un jet d'eau glacée dans une douche tendre. Je veux me tenir à bout portant dans le vent, tout en haut du rocher, pressentant la chute, attendant l'envol.

Mardi 15 juillet 2014 à 0:16

http://clignotants.cowblog.fr/images/2014/DSC3172B.jpg

Lundi 14 juillet 2014 à 13:29

Je poisse. La brioche colle à mon estomac, la confiture ne descend pas, la lumière du jour colle à la peau de mon nez, de mes joues, c'est bouché, la nuit colle à ma paupière inférieure, l'ennui colle aux rideaux, le silence colle à la musique, la chaleur colle à mes os, l'immobilité coule dans l'eau de la douche.

Lundi 30 juin 2014 à 21:12

Jeudi 26 juin 2014 à 22:26

 http://clignotants.cowblog.fr/images/2014/img489B.jpg

Mardi 24 juin 2014 à 0:11

Quand j'avais le coude dans le plâtre, je dormais avec un oreiller sous le bras, pour que le sang circule et parce que c'était lourd, tout ce bazar. J'étais pas trop rassurée, je protégeais mon bras en le tenant avec mon autre main, le plâtre bien calé contre mon ventre, au chaud. Le jour où un infirmier a libéré mon coude, je me suis retrouvée beaucoup plus légère mais surtout à moitié seule dans mon lit. Toutes ces nuits, j'avais eu l'impression de veiller sur un bébé, une petite chose toute tiède au creux de moi. Je m'étais prise d'affection pour cette sensation là.

Depuis, finalement, l'habitude est restée. Quand le sommeil vient, je blottis un petit coussin à mon ventre. Pas un grand, un grand prend trop de place, ce serait comme faire semblant d'un corps. Je veux le petit, celui qui se serre à mon nombril et me chauffe juste ce peu de peau. Là, juste là, je trouve un apaisement, quand tout le reste se crie se tord, juste là tout est paisible, entre mes bras repliés sur mon ventre autour du petit oreiller.

Quand j'essaie de faire sans, c'est la tempête dans mon corps. C'est comme s'il ne trouvait plus le calme qu'en devenant un abri, un refuge. Parfois je me dis que l'on ne peut pas être enceinte d'un bout de tissu. Peut-être un peu quand même ?

Lundi 23 juin 2014 à 14:53

http://clignotants.cowblog.fr/images/2014/DSC2059.jpg

Dimanche 22 juin 2014 à 17:36

16h, sonner
pour prendre un bain

les faire tomber du lit

le voir tomber amoureux

penser : quel luxe
le sait-il

Samedi 21 juin 2014 à 23:35

J'AI ENVIE DE RENCONTRER QUELQU'UN

PARCE QUE J'AI ENVIE DE FAIRE L'AMOUR

PARCE QUE J'AI ENVIE DE ME RÉVEILLER
À DEUX AU PETIT MATIN

PARCE QUE J'AI ENVIE DE JOUIR

PARCE QUE J'AI ENVIE DE MORDRE

PARCE QUE J'AI ENVIE DE FUIR
LA FUITE EN AVANT

CELLE QUI ME DONNE ENVIE

D'OUVRIR LES RIDEAUX D'UN COUP

D'AGRANDIR MON ENCLOS

DE TRANSFORMER LE DICIBLE

LE DICIBLE EST TOUJOURS TROP

LE DICIBLE DOIT S'APPRIVOISER

J'AI ENVIE D'APPRIVOISER

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU

UNE ÉNERGIE DANS LA PEAU

J'AI ENVIE QUE L'ON M'ÉTOUFFE

PARCE QUE J'AI ENVIE DE CRIER 

PARCE QUE J'AI ENVIE DE CHERCHER DE L'AIR

J'AI ENVIE DE CHOIR NUE

PARCE QUE J'AI ENVIE DE LIBERTÉ




PARCE QUE J'AI ENVIE

D'APPÉTIT

 

<< Aujourd'hui | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast