Mardi 11 mars 2014 à 0:11

Le soleil a éclaté et les jours reprennent leur poids de lumière. Petite trahison bizarre de l'hiver à l'absence insolente. Emmène-moi. Je te suis n'importe où. J'ai envie d'allonger mes poumons sur le sol et de les regarder battre comme des fous. Je ne veux pas rester là, face à face avec l'ennui. Hisse la grande voile et apparais ! J'ai oublié la sensation de voler; bientôt une vie que je n'ai laissé personne s'approcher. Cela doit pourtant être possible. Les idées sauvages cadencent la perte d'une confiance. Je veux bien tout effacer, ça, les pensées araignées, tout oublier, mais viens, on taille la zone, on s'arrache, en silence et en cris, saute-moi au cou je m'attache à ta hanche, dévalons ce début d'année, essoufflons-nous, éreintons-nous, consolons-nous. Montre-moi ces nuances que je n'entends plus à force de mon écho, épelle-moi les mots que la solitude m'a enlevés, bordel, élargissons veux-tu ? Éclaboussons et endormons-nous. Là, juste là, très fort mais doucement.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3261979

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast