Vendredi 10 octobre 2014 à 9:46

Le plaisir de la solitude voyageuse. Monter dans un bus pour des heures, traverser des nulle-parts, ne parler à personne et demander à tout le monde (l'heure, les toilettes, la mer), atteindre des ailleurs et ne rien en partager, en garder pour soi chaque miette. Savourer la non-contrainte humaine, la possibilité du silence, du rien, de la folie. Être sa seule limite. Oh, ce plaisir ! Envie déjà de réenfourcher le sac à dos, de me dévisser le quotidien dans l'inconnu, d'aller à l'escalade des hameaux de nature.
Par PascalG le Mardi 21 octobre 2014 à 20:59
Aussi beau que les récits de Nicolas Bouvier... L'as-tu lu finalement ?
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3269215

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast