Lundi 17 février 2014 à 9:21

Traverser la ville à pieds et mettre au clair un bout de pensée, au rythme du martèlement de tes pieds dans le béton berlinois. Aller chercher dans cet air frais un peu de la bouffée d'oxygène de l'à venir. Trouver dans le métronome de la marche l'espace d'une ou deux certitudes; ne sont-elles pas des certitudes pourraient-elles s'appeler décisions. Ne sont-elles pas des décisions, pourraient-elles être des esquisses. Penser qu'est sans doute venu le temps d'une identité à claironner. À s'imposer, à ne plus esquiver. Si tous mes fantasmes ruissellent sans cesse vers la campagne, prendre les mesures d'un voyage pour une vie à la source. Puisque rien ne me transperce plus que l'idée d'une maisonnette aux volets colorés en terre de nulle part, il va falloir jouer ce jeu là, peu importe l'âge, peu importe le moyen. Et à défaut d'y sauter à pieds joints, mademoiselle, marche donc, regarde devant et va. À ton rythme, oui, mais va, va là-bas. C'est fini de piétiner. Fini de patienter. Fais.
Par maud96 le Lundi 17 février 2014 à 10:22
C'est drôle comment le "pédestre" (marcher... pédaler en velo...) ou le manuel (peindre, bricoler, peler des légumes) peuvent aider à "penser" d'une manière différente que devant un clavier ou des pages à lire... Ton rêve de petite maison tranquille dans un lieu improbable, je le partage...comme beaucoup, je suppose. Le rêve de la "bulle"
J'ai bien aimé cet article inspiré par le pavé d'une rue berlinoise !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3260914

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast