Mardi 26 janvier 2010 à 8:29

O6h3O. A quoi tu penses quand tu dors ? Me sens-tu seulement osciller contre ta peau, m'emmêler les respirations pour te réveiller, arrêter de respirer en attendant un signe de toi ? Je deviens folle, Arian, ouvre les yeux, regarde-moi, sors-moi de cet état imbécile qui te fatigue. Parle-moi. Dis-moi n'importe quoi. J'ai une essoreuse à pensées qui a poussé dans les racines de mes cheveux, la nuit elle tourne tourne et tourne à toutes vitesses et me donne le vertige. Je creuse des gouffres dans les sillages de ton sommeil, pardonne-moi. Je préfère la fuite à la folie, je suis désolée de faire ça, filer à l'anglaise dans les coulisses de tes paupières closes; mais il me faut de l'air, beaucoup, plein d'air, l'hiver va me brûler les lèvres (ces lèvres que tu n'embrasses plus), c'est bien, je trouve ça bien. Et puis surtout, c'est ma façon à moi d'espérer une ultime fois attirer ton attention, que tu viennes à moi, que tu serres mon visage entre tes mains très fort, que tu m'empêches de. De tout fiche en l'air ?

Garde-moi, Arian, s'il te plaît.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/2958664

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast