Jeudi 26 janvier 2017 à 17:59

Papa,
j'y pense pas vraiment à ta mort. Je sais que tu l'es, mort, mais c'est tout. Depuis ces mots
Ça y est, c'est fini, papa quand je me suis penchée sur ton cercueil, je ne me suis plus adressée à toi. Je t'ai foutu la paix, t'es laissé ne plus être là.
J'étais au cinéma ce soir et tu n'as pas idée comme j'avais besoin de cette bouffée d'air frais. Le générique s'est jeté dans la fin et immédiatement j'ai pensé à toi. Est-ce que tu as regardé le film avec moi, papa ? C'était bien, toutes ces couleurs, toutes ces mélodies, est-ce que là où tu es il y a  de si jolis décors ?
Je t'emmène là dedans, papa, je ne te laisse pas où tu es. Je te prends avec moi, quelques minutes, bordel, viens, papa, on ne laisse pas
ça là, pas cette chambre là, pas ce lit là, pas ces draps là, viens, je t'invite, on va se faire la malle un coup, rejoins-moi pour un quart d'heure, je sauterai à pieds joints dans la pluie et je te regarderai rire mouillé.
Une dernière fois valide, une dernière fois drôle, une dernière fois dans un tshirt rose. Alors, on fait
ça, papa ? Allez, dis-oui. Sérieux, je t'emmerde si peu. Tu pourras m'appeler comme tu veux.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3277681

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast