Lundi 3 février 2014 à 2:07

Au moins aurais-je eu l'oeil humide de déception et de frustration de toi : me voilà promue au rang des filles qui auraient pleuré pour toi. Merveille du monde que de découvrir cela ! J'avais su me l'épargner, en tenant fermement les amarres. Il faut croire que j'ai eu de trop les dents serrées, ce soir, ma fatigue t'a joué une discrète sérénade sous la pluie. Personne n'en a été témoin : il faut donc que je te le rapporte. J'espère seulement que tu tires quelques fiertés de ces situations, si c'est arrivé par mégarde, quel manque de panache, quelle tristesse ! Que ma solitude en capitale ne soit pas vaine; qu'elle comble des ailleurs. tes ailleurs ?

Ah, oublions. N'y pensons plus. Dansons en silence. Effaçons ces numéros tant de fois composés. Ces lignes de route désespérément vides.

Note d'archive : Quelle idée de s'amouracher de l'ogre mangeur d'âmes. Tu t'embarques dans une tempête et un naufrage ma jolie.

Au moins nous auras-tu épargné la tempête et le naufrage. En ces temps difficiles, pensons : c'est toujours ca de pris.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3260328

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast