Vendredi 21 février 2014 à 3:25

Il a dit "oui bien sûr, tu pourras dormir dans mon lit, je rentre le lendemain", j'ai répondu que je pouvais aussi faire sommeil dans le canapé, mais non, j'ai senti que même le téléphone le pensait : ma place était dans le lit. C'était touchant de se savoir attendue entre ces draps là, une petite joie, un retour à la maison, l'autre maison, celle d'avant.

Puis il m'a laissée dormir dans son lit à côté de lui et ce n'est pas rien, j'ai été un peu la paria de ces lieux. Ce n'était pas rien alors ça a été un peu étrange, ces retrouvailles, j'aurais aimé que tout soit plus naturel, mais j'ai été prise par surprise, je n'imaginais pas être invitée à naviguer côte-côte en nocturne. J'avais tout de même envie de lui prendre la main ou de l'étreindre, pour dire Regarde tout va bien, tout va aller bien, est-ce que ça va ? Je me suis bien gardée de le faire, il est tellement difficile à mettre en lumière, même endormi, alors je suis restée là sans bouger, comme empêtrée dans un protocole inhabituel, trop d'honneur. Je n'ai même pas pu lui demander Est-ce que ça va ? Il faudra que je pense à le faire.
Par maud96 le Vendredi 21 février 2014 à 22:11
Tu as de la chance d'avoir un téléphone qui pense parfois ! moi, je n'ai que mon imagination... et je crois que j'aurais choisi le canapé :))
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3261077

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast