Jeudi 12 novembre 2009 à 15:23

Mangez-moi. Commencez par le cœur. Il est prêt à servir. S'il est trop doux à votre goût, croquez une paupière pleine de fatigue, elles sont amères mes paupières, ça relèvera l'assaisonnement. Mangez-moi, picorez mes lèvres, embrassez mes silences, faites un festin de mes rires cousus au fil de l'absence. Mangez-moi les tâches de rousseur avant que leur couleur caramel ne disparaisse, mangez-les toutes sans en laisser une seule minuscule, n'oubliez pas celles sur les lobes d'oreilles et sur les doigts et sur les jambes et dans le cou et n'en laissez pas une miette, tout doit disparaître. Mangez mon ventre celui qui pleure, mangez mes respirations celles qui hésitent, mangez mes cils, les seuls qui sourient encore aux messieurs dans la rue, mangez mes orteils qui sautillent comme des enfants et font rire les passants, mangez-moi et ne le dites pas, mangez mes gourmandises au sucre à la confiture au chocolat, grignotez-moi jusqu'à l'os, buvez mes folies et mes fuites, mangez-moi et ne vous retournez pas.

Par pascommelesautres le Jeudi 12 novembre 2009 à 19:14
Je te mange te dévore te croque et t'avale toute crue toute entière mon Amour, tout ce que tu veux. Et tes taches de rousseur je m'en fais une soupe cosmique qui envole loin loin loin dans les étoiles.
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/2931084

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast