Jeudi 12 novembre 2009 à 15:20

Depuis que j'ai déballé toutes mes valises ici, j'ai une recette gagnante qui ne marche pas à tous les coups mais presque.

Quand le vertige me prend que tout me semble trop plat et trop profond à la fois, que je sens que je vais m'évanouir de solitude;
j'éteins toutes les lumières et je me roule en boule dans le coin de mon lit, avec Maloh qui prend d'assaut l'obscurité. Et j'arrête complètement de respirer, là, je serre très fort l'oreiller contre moi, il est tiède et puis il devient incroyablement brûlant; et j'imagine toute cette tension en moi je la dessine en imaginaire sans réussir à la faire fuir; et je m'invente une ombre de géant qui viendrait faire le tour de moi, la silhouette d'un ami qui épouserait mon corps de rires fragiles, qui commencerait par un souffle dans ma nuque et finirait par une caresse sous mes orteils d'enfant recroquevillé; et quand tous les pays que fredonne Maloh parviennent enfin à me transpercer la peau, alors je lâche prise, j'explose en petites particules de lassitude, de fatigue, je pleure des océans des marrées des mondes entiers de rien, je me noie je noie les malheurs de moi, je défais point par point mon armure d'ambassadrice de la méfiance; j'active la fonction machine à laver et je nettoie toute ça à grands coups d'eau salée, je frotte j'asticote je lave mes poumons mes respirations je fais taire les bourdonnements dans le ventre je déterre les idées à la noix jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien, que Maloh se soit éteint, que l'ombre de géant soit partie, que l'illusion d'un ami se soit effacée;
que je me retrouve là, juste là, dans un incroyable présent, toute tremblante.
Alors j'inspire profondément loin et je goûte au calme improbable des choses autour de moi, parce que je le sais tout autant que vous, il ne durera pas.

Par pascommelesautres le Jeudi 12 novembre 2009 à 19:22
Je voudrais bien te coudre une petite musique d'amour sur ton oreiller, contre la solitude et le vide et. Pour te dire encore et encore que je t'aime pour toujours que tu es ma Folie des Spaghettis mon Amour à moi que j'aime de toute mes forces que. Je suis là je pense à toi chaque jour et je débarque le plus vite possible dans ta boîte aux lettres et. Je t'aime Margot tu entends ? Je t'aime à te décrocher toutes les étoiles du ciel je. Promis, je reviens en épistolaire et tout les tralalas d'amour. Tu me manques tellement, c'est fou.
Par Jezebel le Vendredi 13 novembre 2009 à 19:19
Margot?
Cela fait quoi, 3 ou 4 jours que tu n'as pas écrit ici? quelque chose comme ça?
Bien. Cela fait fait 3 ou 4 jours que je passe, sans rien découvrir de nouveau que cet article, "bienvenue chez moi". Rien de nouveau donc.
Et là j'arrive, et je vois plein PLEIN de nouveaux articles.
Et je sais que la semaine dernière, c'était moi qui serrais l'oreiller et qui pleurais et qui pleurais, et... et c'est tristoune de te retrouver dans cet état là après 4 jours d'absence.
*j'ai été interrompue en t'écrivant ça, c'est ennuyeux j'allais dire quelque chose de beaucoup plus profond enfin j'espère, mais j'ai oublié...*
Bref, ça me tristoune tout ça.
Enfin je voudrais que tu aies ce même effet soleil qui inonde l'écran quand j'ouvre ton blog dans une fenêtre, mais voilà je ne suis pas en Allemagne ni à l'étranger, je passe mes journées dans des cours et je n'ai jamais rien eu de passionnant à raconter, et SURTOUT, je n'ai aucun talent en photographie.
Tu as de l'or dans les mains, dans les mots Margot.
Je suis contente que tu aies retrouvé un semblant de connexion internet, et j'espère aussi que ça ira mieux bientôt. Pleure pleure, fais le vide évacue tant que tu en as à évacuer tant que tu en as besoin, et après ça ira mieux. Vide le vase, après tu seras repartie.
Courage.
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/2931079

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast