Samedi 15 mars 2014 à 22:05

Chez toi c'est trop sombre, c'est dans les cabines d'essayage que tu redécouvres ton corps. Ta peau pâle, visage tiré, fatigué, pourtant rieur, cette griffure ici, ce bout de peau abimée à l'épaule, depuis quand ? Les bleus, toujours, le tiroir de la commode à l'infini. Bam. Boum. Hématome. Encore un. Ce petit pli, les poils là, sauvages. Tu ne tiens pas les comptes de ton corps, jamais, tu laisses tout ca vivre son chemin, jusqu'à la prochaine cabine d'essayage.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3262169

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast