Lundi 27 janvier 2014 à 21:40

J'ai le coeur qui, à chaque battement, trésaille; comme faible, tremblant, pendu à son bout de chair. Il n'est pourtant pas question de faiblesse, simplement d'un malaise qu'il convient de balayer du revers de la main. Ce sont des mots qui postillonnent sur cette respiration arrêtée, des phrases qui tourbillonnent à la recherche de ce qu'il aurait du être de sincérité. C'est la raison du sommeil qui ne m'a pas encore cueillie. Il y a dans cette mascarade un manquement au courage, c'est grotesque. Je m'autorise trois instants de fatigue et une envie de réconfort. Un appel non-décroché à Corny plus tard, je vais dormir, puisque c'est la nuit. Ne pas arrêter le cours des choses pour si peu de dignité. Tu es, puisque tu le veux, cette croûte sur la cicatrice de mon bras : à peine arrachée, les tâches de rousseur reprennent leurs droits. Le médecin était formel : il n'en manque pas une à l'appel.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3259965

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast