Lundi 2 juillet 2012 à 0:40

Les pompiers dévalent le boulevard, mais c'est sous ma tête et dans ma peau qu'ils passent le motoculteur. Les tatutata me résonnent dans l'estomac. J'ai un goût de petite mort au palais, avec le désir profond de lui lécher les os et de lui faire goûter mes baisers empoisonnés.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3193927

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast