Lundi 29 avril 2013 à 1:38

Oh, les ravages dans mon ventre. Oh, comme elles font mal, ces crampes. Oh comme je pleure. Oh comme je hoquette. J'attrape des mouchoirs et tente de contrôler ma respiration. J'expire. J'expire. Ma douce. C'est mon job, tu sais, les bébés, les enfants, les nouveaux-nés. C'est mon fond de commerce, les femmes enceintes, mon quotidien, les mamans. Tu me verrais avec les jumeaux, avec Luis, avec César, tu me reconnaîtrais immédiatement et pour toujours. Tu te souviendrais. C'est moi, c'est ma normalité, mon espace de liberté, mon horizon sans entrave. Toi qui fut si souvent mon prolongement. Je mets du passé, par pudeur, pour ne pas me poser trop de questions, j'ai trop de mal à respirer. Oh ma douce, les mini êtres humains, c'est mon hobby, et là, le tien va tomber du ciel, va me tomber à côté, je n'ai rien vu venir, je n'ai rien vu passer. Ça se rattrape, les absences si puissantes ? J'ai complètement raté ces mois que tu as passé à nous couver ton confetti; ce n'est plus un confetti du tout, du tout. Il est tellement présent que je me sens propulsée dans un univers parallèle, moi qui n'était déjà pas si proche. Je voudrai sauter à pieds joints dans le calendrier, fiche la pagaille, coller des gommettes, des satellites, des poussières, tout aligner à l'envers, m'inviter sur tous tes agendas.

Ou alors je laisse faire, je me calme, je vais boire un verre d'eau, j'abandonne, parce que c'est le court du temps, parce que c'est comme ça, parce que je ne suis pas de taille dans la bataille ?

Il n'y avait que toi pour me sauver, pour me rassurer, je t'ouvre les bras, oserais-tu seulement t'en approcher ?

De tous les garde-fous tu as été le plus doux.

Par Le vieux le Mercredi 8 mai 2013 à 20:41
Je voudrais
lire
un livre
de vous,
qui dirait
les peines du monde
et les joies aussi,
les couleurs
de tous les mondes
alors
volez une plume
à une mésange qui passe
et faites-en un millier d'ailes.
Laissez s'envoler
vos si beaux mots qui
ne demandent qu'à s'imprimer
sur nos blanches pages d'émerveillés.
Faites-en votre plume
Devenez une plume
. . .
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3237752

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast