Mercredi 12 mars 2014 à 0:56

Je repense à cet instant l'autre soir, je lui demandais quelque chose en lui grattouillant l'épaule puisqu'il était assis et me faisait dos. Il a pris mes deux mains et les a croisées sur son torse. J'étais tout à coup invitée de part et d'autre de son cou. Oh le doux privilège d'une intimité. Plus tôt dans cette existence, nous n'étions que ça, deux corps l'un à l'autre dans l'amitié.
Il me l'a offert et puis repris, ce ticket d'entrée à ses mains, son dos, ses jambes, ses pieds posés là. Je ne sais pas s'il ne l'a jamais entendu lorsque j'ai essayé de lui expliquer, qu'il était le premier là, dont j'ai su accepter le toucher. L'existence du toucher, personne n'avait su m'en convaincre, il m'a révolutionnée en m'offrant cette entrée à la vie.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3262014

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast