Samedi 22 février 2014 à 8:36

Écrivons pour voir, puisque penser s'est arrêté, que la nuit se fait tard et brumeuse.
Ainsi enfant, tu doutes, doutes même de l'envie d'une étreinte, d'un corps au tien, de bras serrés à toi. Tu oublies d'une fois à l'autre ce que c'est tout ça, ces rituels, tu dis que tu n'es pas sauvage, mais. Pourtant si. L'ogre mangeur d'âmes dispersait assez de poudre aux yeux pour t'apprivoiser et te rendre si électrique. Il y avait dans cette contradiction une nouvelle fluidité. Si courte, si vite envolée. Te voilà déjà revenue à tes empêtrées saccadées, toi la si nue impossible à déshabiller, l'envisages-tu seulement ? Il t'a laissée débutante, mais débutante tu es née, débutante tu reviendras toujours, comme au premier jour, encore démunie, face à toi; face à l'autre. 
Cette raideur, cette raideur Louise.
Combien de temps encore ? En aurons-nous un jour l'antidote ? Parfois, je n'y crois pas.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3261160

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast