Jeudi 7 octobre 2010 à 11:19

J'ai ouvert clignotants à la page 55, et puisque tu veux jouer à ça, papa, c'est décidé, je vais copier-coller chaque miette de mots depuis que ta vie est paralysée, je vais te tirer en arrière avec moi, te faire redescendre dans les limbes de notre quotidien, on va plonger tout au fond de ce siphon qui nous aspire pour de bon, je vais t'attraper par le col et te dire te dire et te redire, je vais te rappeler à quoi ça ressemble, notre vie, depuis que tu as basculé, je vais te secouer, te secouer, te secouer jusqu'à ce que ça fasse un bruit de vaisselle cassée, puisque tu veux jouer à l'animal, au monstre, je vais tout te raconter depuis le deuxième début, pour toi je vais compter les larmes les douleurs les cris les désespoirs et  je veux voir s'il reste encore en toi un peu de l'homme qui était mon père, et je veux savoir s'il y a encore en toi un peu d'humain, je veux des preuves médicales que tu n'es plus à sauver, que tu es creux pour l'éternité. Je vais t'imprimer la lettre la plus longue du monde, papa, je vais scotcher tous mes souvenirs de toi depuis le jeudi 26 février 2009, et je veux te faire pleurer, et je veux que ça te fasse mal, et que je veux que tu cries, que ça implose dans ce qu'il te reste de corps. Et si tu ne lis même pas, et si tu ne regardes pas, alors j'abandonne, je laisse, tu iras rejoindre ma collection d'amertume et de déception, j'irai te fiche là-bas, infiniment loin, au fond du tiroir que je n'ouvre pas. Papa, je voudrais savoir te parler, je voudrais pouvoir t'appeler, mais ça n'existe pas, tu es impossible et je n'ai pas la force de me battre, alors j'ouvre clignotants en sa page 55, et c'est décidé, je vais te copier-coller chaque miette de mots depuis que ta vie est paralysée.
Par Joss & Fine le Lundi 11 octobre 2010 à 19:36
Pour n'avoir jamais vécu de similaire, je ne sais pas vraiment ce que tu ressens. Mais pour avoir lu cet article et les autres, j'imagine cette souffrance, le besoin de partager un regard, un espoir, et le refus reçu. Alors vas-y avec tout ton amour de fille, ta douceur déterminée, ta patience qui ne peut plus attendre, MONTRE LUI.
Par Ninon le Dimanche 17 octobre 2010 à 21:46
C'est magnifique.
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3045483

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast