Samedi 22 février 2014 à 22:52

Ce soir je me suis sentie en sécurité, coupée du vent au milieu de son édifice dont il dirait si particulièrement qu'il est cassé. Il refait un peu la chape du sol, repose quelques fondations pour voir si ça tangue un peu moins. Il a bricolé un début d’échafaudage pour la façade; mais ce sera évidemment pour plus tard, la façade. Pour l'instant il campe dans son chantier cassé et semble s’accommoder de ça, et s’accommoder aussi de savoir que son bivouac ne ressemble pas à grand chose. Et le savoir, c'est nouveau. Pourtant c'est bien là que pour quelques minutes le vent s'est tu, la tempête m'a oubliée, dans son bout de précarité j'ai cessé de grelotter. Je n'aurais jamais cru. J'avais fini par imaginer que désormais je serai toujours celle qui lui jetterait un plaid sur les épaules - Agréable sensation d'être contredite, de descendre les escaliers avec des envies de danser, de sentir qu'il a réanimé 3 ou 4 globules rouges complètements détraqués-tourneboulés. Salutaire lâcher-prise, bien aimés mots qui transpercent, qui te trottent la tête et paradent dans ton conscient.
Ces mots là qui ce soir, allélouia, ne sont pas de toi. Mais de lui, oui !
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Vous avez la parlote ?









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://clignotants.cowblog.fr/trackback/3261198

 

<< Aujourd'hui | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Quand on était plus jeunes >>

Créer un podcast